mercredi, mai 31, 2006

Circus



Cet aprés midi je me suis retrouvé violemment projeté en enfance.
Presque en bas de chez moi, je suis passé par hasard devant un cirque.
Les couleurs, les costumes, les animaux, les odeurs, le chapiteau, la fanfare, la ménagerie...
On peut dire que rien n'a changé.
Le cirque possède ce don rare de mettre en scène une foule d'éléments bigarrés en faisant en sorte que cela forme un tout. Le grotesque de l'éléphant et des clowns se marie à la grâce du funambule et des fauves. Une vie grouillante s'active de partout et l'endroit du décor cotoie son envers. Les caravanes des artistes sont lovées autour de cette imposante construction éphémère... comme un petit village autour d'une forteresse imaginaire.

1 commentaire:

france RENARD a dit…

jolies couleurs effectivement. mais les forteresses ne sont elles pas les tombes des armées...