vendredi, mai 26, 2006

Dionysos !







En farfouillant dans mon grand coffre à vieux dessins je suis tombé sur une suite de recherches que j'avais réalisées autour de Dionysos alias Bacchus.
"Hips" me direz vous?
J'étais en fait parti d'un fameux tableau de l'immmmense Rubens intitulé jovialement "Bacchanale".
J'adore cette toile et les personnages qu'elle met en scène! Le tout dans une débauche bacchique (justement) de couleurs et de touches tourbillonantes comme seul il grande Rubens savait le faire. Il est étonnant de remarquer combien la pâte picturale peut sembler une matière vivante, en fusion. La manière dont la touche, l'empattement, le voluptueux du tissage pictural créent une véritable chair. C'est charnel, il y a de la vie, ça bouge, ça palpite, on sent la fougue et l'ivresse. La peinture, la vie quoi.

2 commentaires:

JIPE a dit…

Très beaux dessins... Je les contemple et coïncidence : je tombe sur ces lignes dans un beau livre Le roman de Léonard de Vinci de Dimitri Merejkovski : "La petite fille portait à son cou un fétiche donné par son père, un camée représentant le dieu Dionysos. Parfois, lorsqu'elle était seule, Cassandra retirait l'antique pierre de dessous ses vêtements et la levait vers le soleil, et dans l'améthyste foncée ressortait, comme une vision, Bacchus jeune et nu, tenant un thyrse à la main et une grappe de raisin dans l'autre; une panthère sautait à ses côtés, cherchant à lécher la grappe. Et le coeur de l'enfant était plein d'amour pour ce dieu."
Je trouve que vos dessins expriment parfaitement toute cette chaleur sensuelle, la brume colorée qui nimbe ce personnage divin et vos dessins donnent à cette vision un caractère de plénitude heureuse... qui touche le coeur et l'étreint peut-être d'une pointe de nostalgie
(un paradis perdu ?)
Merci de continuer à nous faire partager vos recherches.... Bonne continuation.
A+

JL Thouard a dit…

Merci Jipe pour ce superbe extrait. Voilà ce que j'appellerais une écriture scintillante. Je ne connaissais pas Dimitri Merejkovski. Je remarque qu'il semble passioné par les grands destins. Je vais sans doute me procurer ses livres. D'autant qu'il est russe...
Au plaisir.
JL